Innovation pour la santé des mères et enfants d’Afrique : Renforcer les opportunités d’apprentissage et d’application des résultats de la recherche pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant

Innovation pour la santé des mères et enfants d’Afrique : Renforcer les opportunités d’apprentissage et d’application des résultats de la recherche pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant

Du 24 au 27 avril 2017, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) et le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) co-organisent à Dakar au Sénégal, un atelier international à mi-Parcours sur  l’initiative ‘’Innovation pour la Santé des Mères et Enfants d’Afrique (ISMEA).

Près de 80 participants représentant les différentes structures impliquées (ECHSA Community et CEDEAO) assistent à cette rencontre dont le principal but est de renforcer les opportunités d’apprentissage de la mise en œuvre de cette initiative au niveau national et régional et faciliter la collaboration entre les équipes de recherche de mise en œuvre (ERMO) et les Organisme de politiques et de recherche en santé (OPRS) pour le transfert de connaissances.

La rencontre a commencé dès le lundi par des travaux de groupes sur l’importance de l’évidence chez les décideurs, le transfert de connaissance et le rôle d’un décideur au sein d’une équipe de recherche, le renforcement de l’engagement politique, . Plus précisément, il s’agissait de savoir ce qui faisait qu’une évidence était relevante pour un décideur, la source des évidences pour les décideurs, comment l’évidence est utilisée par les décideurs, les perceptions des décideurs sur leurs rôles au sein des équipes de recherche et les mécanismes à mettre en place pour aider les décideurs a accéder, évaluer, adapter et utiliser les évidences. Un message des décideurs aux chercheurs a été de leur donner les évidences dans un langage compris par eux au bon moment avec toutes les informations leur permettant de mieux l’utiliser comme le coût, la mise en œuvre et la pérennité.

On retient des échanges qui ont eu lieu à la faveur des travaux de groupe, que la demande de transfert de connaissances est très forte à tous les niveaux. Il est donc important pour les chercheurs de trouver les stratégies appropriées pour informer efficacement les décideurs les amener à s’approprier les résultats de la recherche et surtout à les utiliser notamment dans l’élaboration des politiques.

La cérémonie d’ouverture officielle intervenue au lendemain de ces discussions a aussi été l’occasion pour les différents orateurs d’insister sur l’intérêt de la recherche pour les pays en général et singulièrement dans le domaine de la santé de la mère et de l’enfant. Différentes personnalités ont prit part à cette cérémonie notamment : le Conseiller Technique N°1 représentant la Ministre de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal, le Directeur Général Adjoint de l’OOAS, la représentante de l’Ambassade du Canada au Sénégal et le représentant du CRDI, mais aussi le Conseiller Technique du Ministre de l’Enseignement et de la Recherche Scientifique et le Conseiller Technique du Ministre de la Famille.

A l’occasion, le représentant du CRDI a donné un aperçu des différentes interventions de son centre de même que les sphères d’interventions, sans oublier les partenaires impliqués. Pour Madame Nathalie O’Neill, la représentante de l’Ambassade du Canada, les enjeux de la santé de la mère et de l’enfant sont une priorités pour lesquelles son pays continuera d’investir dans la recherche à travers l’initiative en cours, pour infléchir la courbe de mortalité et de morbidité qui concerne ces catégories vulnérables. Le Canada sera de fait solidaire de cette initiative qui est porteuse d’espoir pour les populations mais aussi pour les chercheures qui trouvent dans cette opportunité une occasion d’affirmer l’importance des évidences. Le Directeur Général Adjoint de l’OOAS après avoir transmis les encouragements du Président de la Commission de la CEDEAO et du Directeur Général Dr Xavier CRESPIN, a expliqué toute l’importance accordée à la recherche dans le domaine de la santé : « la recherche a été inscrite dans les priorités de notre institution, et sa promotion est mentionnée au titre du premier objectif du Protocole Communautaire portant création de l’OOAS. Prise en compte dans le Plan Stratégique 2016-2020 de l’OOAS au titre du premier des 13 programmes prioritaires de notre Institution sous l’intitulé « Information Sanitaire et Recherche pour la Santé » et dans le cadre de son opérationnalisation, la promotion de la recherche, nous a conduit à l’élaboration d’un « plan stratégique régional de la recherche pour la santé pour la période 2016-2020 », qui a été adopté par l’Assemblée des Ministres de la Santé en avril 2016.

L’approche privilégiée dans ce Plan Régional s’appui sur la facilitation y compris le plaidoyer, le réseautage, le renforcement des capacités de recherche ainsi que la dissémination et le soutien à l’utilisation des résultats de recherche” a déclaré Dr Laurent ASSOGBA. Quant au représentant du Ministre de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal, les indicateurs de santé des mères et des enfants sont toujours élevés dans les pays de la région malgré les progrès enregistrés. En moyenne, 830 femmes environ meurent chaque jour de causes évitables liées à la grossesse et à l’accouchement.

L’Afrique de l’Ouest et du Centre portent 33% du fardeau mondial de la mortalité infanto – juvénile, d’où la nécessité d’accorder une importance à la recherché relative à l’amélioration de la santé maternelle, néonatale et infantile, pour réduire voire éliminer ces décès évitables. » C’est pourquoi le Professeur Ibrahima SECK a salué au nom du gouvernement Sénégalais le rôle de l’OOAS et de ses partenaires dans le recueil des évidences scientifiques sur la santé de la mère du nouveau né , de l’enfant et de l’adolescent

. Click here to go to full article

000
Read 1420 times Last modified on vendredi, 09 avril 2021 07:55
Rate this item
(0 votes)

About Author

Search