Promotion de l’utilisation de l’évidence en santé maternelle et infantile en Afrique de l’Ouest : Validation de l’analyse de la situation du transfert et de l’utilisation de l’évidence au Burkina Faso

Promotion de l’utilisation de l’évidence en santé maternelle et infantile en Afrique de l’Ouest : Validation de l’analyse de la situation du transfert et de l’utilisation de l’évidence au Burkina Faso

Du 19 au 20 novembre 2015 s’est tenue dans l’une des salles de réunion de la maison de retraite Antoine Nanga à Ouagadougou, l’atelier national d’engagement des différentes parties prenantes du projet Moving for Maternal Newborn and Child Health Evidence into Policy in West Africa. L’objectif de l’atelier était une appropriation du projet par les acteurs nationaux, la validation de l’analyse de la situation sur le transfert et l’utilisation de l’évidence dans le domaine de la santé maternelle au Burkina Faso et la collecte d’information additionnelle sur les connaissances, les compétences et les besoins des parties prenantes.

Prenaient part à l’atelier une trentaine de personnes composée des représentants des Directions Centrales, des Directeurs Régionaux de la Santé, des Médecins Chefs de Districts, des Chercheurs, des représentants de l’Université, de la société des gynécologues du Burkina, des sages-femmes et des organisations de la société civile travaillant dans le domaine de la santé maternelle et infantile. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Dr Bicaba, Directrice de la Santé de la Famille qui avait à ses côtés le Pr Sombié Issiaka, professionnel en charge de la recherche à l’Organisation Ouest Africaine de la Santé et principal investigateur du projet. Au cours de cette cérémonie la Directrice de la Santé de la Famille a dit l’importance de la prise en compte de l’évidence pour l’élaboration et la mise en œuvre des politiques.

Les travaux ont permis au consultant de présenter la situation de la production, du transfert et de l’utilisation de l’évidence en santé maternelle comme suit : l’existence de production scientifique au niveau nationale non basée sur une demande et la non-participation des décideurs et des praticiens, un problème de stockage et d’accès aux évidences, l’existence de cadre de partage ne favorisant pas le dialogue entre chercheurs et décideurs et une faible utilisation de l’évidence ne pouvant pas être matérialisée au niveau des documents de politiques et des guides et normes de soins élaborés au niveau du Ministère de la Santé. Ces informations ont été validées par les participants à travers des exemples précis et aussi par l’apport d’informations complémentaires.

L’atelier a ensuite permis à deux équipes de recherche de présenter leur projet de recherche dans le domaine de la santé de la mère et de l’enfant financés par le consortium canadien assurant aussi le projet Moving Maternal Newborn and Child Health Evidence into in Policy in West Africa.

L’atelier a aussi permis de réaliser un renforcement des capacités des différents acteurs sur la notion du courtage des connaissances et les sources pertinentes d’information pour une meilleure utilisation de l’évidence.

Enfin, l’atelier a permis l’identification des besoins des différents acteurs qui se résument un besoin de renforcement des compétences en recherche et à l’utilisation de l’évidence pour les décideurs et les praticiens, la promotion d’une meilleure collaboration entre utilisateurs et chercheurs, la mise en place d’une plateforme qui va favoriser un meilleure accès à l’évidence, le renforcement de l’accès à l’internet et la promotion de courtiers de connaissance pour aider les utilisateurs.

 Click here to go to full article

000
Read 1418 times Last modified on vendredi, 09 avril 2021 08:11
Rate this item
(0 votes)

Search